Le blog d'ector

Romans-sur-Isère : un berceau de la chaussure en pleine renaissance !

Retour au blog
Romans-sur-Isère : un berceau de la chaussure en pleine renaissance !

Romans-Sur-Isère, 33 000 habitants. C’est là, dans cette belle ville de la Drôme, à une vingtaine de kilomètres au nord de Valence, qu’Ector a décidé, dès sa création, de poser ses valises. La raison est évidente : il s’agit d’un haut-lieu de la chaussure, là où se sont écrites les plus belles lignes du secteur, et là où se construit son avenir.

 

Car oui, après des décennies compliquées pour l’économie locale, la ville revit et apporte un souffle nouveau à l’industrie de la chaussure, sous l’impulsion, notamment, du Groupe Archer et de nombreuses startups innovantes. Mais avant d’en parler, commençons par un flashback historique : retour dans les années 1980.

 

 

Un haut-lieu de la fabrication de chaussures

À l’époque, Romans-Sur-Isère est en effervescence permanente. Dans le sillon d’entreprises majeures, comme Charles Jourdan ou Kélian, le secteur fait alors vivre près d’une famille sur deux dans le bassin. Une histoire entamée bien plus tôt, et qui s’est perpétuée de générations en générations. À titre d’exemple, en 1950, nous dénombrions déjà 200 entreprises spécialisées dans le domaine.

 

Que l’aventure fût belle ! Mais, au début des années 1990, marqueur de l’accélération de la mondialisation et du développement de la concurrence étrangère, le coup d’arrêt est brutal. Les fermetures d’usines et les délocalisations se suivent et se ressemblent. Le chômage bondit en flèche. Non, ce tissu économique, pourtant si riche d’acteurs solides et complémentaires, ne résiste pas à l’invasion des produits de faibles qualités, souvent fabriqués en Asie dans des conditions sociales et environnementales laborieuses. Le début des années 2000 est ainsi marqué au fer rouge par l’effondrement rapide de tout un écosystème. La crise emporte la plupart des cadors du secteur, et tous leurs fournisseurs avec. Parmi les rares survivants : la tannerie Roux, rachetée en 2012 par le groupe LVMH, et le Groupe Archer.

 

 

Après la crise, la renaissance de l’industrie !

Après cette période morose, place à la reconstruction ! Romans-Sur-Isère reste debout, et son industrie renaît, peu à peu, de ses cendres. En témoigne la création récente de La Cité de la Chaussure : un lieu commun, destiné à la chaussure, qui regroupe des ateliers de fabrication (que l’on peut visiter) et des magasins de vente des marques romanaises. C’est d’ailleurs dans ce cadre, berceau de créativité et d’innovation, qu’Ector a aujourd’hui la chance d’évoluer au quotidien pour concevoir et assembler ses sneakers écotricottées et made in France. Pour nous, cet écosystème est devenu, nul n’en doutera, un pilier de notre réussite.

 

Romans-sur-Isère : un berceau de la chaussure en pleine renaissance !

 

Comme pour beaucoup de jeunes pousses de l’industrie, Romans-Sur-Isère est donc un terreau fertile. Les marques sont nombreuses, et certaines voient leur notoriété croître à grande vitesse, à l’instar de 1083, qui dispose d’ateliers à Romans-Sur-Isère, ou de Boldrini, spécialisée dans la fabrication de chaussures d’escalade. La recette : privilégier des marchés de niche en plein développement, comme dans le sport ou dans l’écoconception.

 

 

Avant tout une réussite collective !

Mais cette réussite est avant tout collective. Oui, c’est bien tous ensemble que nous réussissons à redonner du souffle à l’économie locale et au made in France, permettant ainsi à nos entreprises de grandir sereinement et de se solidifier. Comment ? En coopérant, en mutualisant nos outils de production et nos commandes de matières premières, ainsi qu’en favorisant une relation directe avec les clients. Ici, l’entraide est permanente.

 

Bien loin des modèles industriels d’antan, les nouveaux acteurs de l’industrie de la chaussure, à Romans-Sur-Isère, s’affirment ainsi, dans leur costume d’artisans, comme des valeurs montantes du marché. De plus en plus remarqués sur la scène nationale, ils séduisent le cœur des Français grâce à des produits de bonne qualité, adaptés aux nouvelles attentes des consommateurs. Parce qu’il faut le dire, si notre ville réussit, petit à petit, le pari de reconstruire la filière, c’est aussi grâce à l’évolution des mentalités.

 

 

Les consommateurs optent pour le made in France

Alors que, pendant trop longtemps, les consommateurs se laissaient séduire par des produits de faible qualité, à petit prix, ils regardent désormais bien d’autres aspects. Finies les chaussures fabriquées au fin fond de la Chine. Place désormais à une consommation responsable, qui favorise des produits fabriqués à proximité, avec un meilleur impact sur l’environnement, l’économie locale et l’emploi en France.

 

Romans-sur-Isère : un berceau de la chaussure en pleine renaissance !

 

Quand l’artisanat et les circuits courts se combinent à une économie circulaire et écoresponsable, notre industrie reprend confiance. Les temps changent, les habitudes d’achat également. Romans-Sur-Isère retrouve le sourire !

 

C’est donc avec une vraie fierté qu’Ector, via Insoft, contribue activement à ce renouveau, à travers l’association Romans Cuir, créée en avril 2012 et composée d’entrepreneurs et partenaires de la filière, et nos efforts pour former les talents de demain. C’est comme ça que nous reconstruirons une industrie de la chaussure forte dans notre région !

Qu’allons-nous faire de vos informations ?

Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier numérisé par [NOM DU CLIENT] aux seules fins [RAISONS].

 

Vos données sont destinées exclusivement à [NOM CLIENT], notamment au [DESTINATAIRE comme le service communication par exemple], et ne sont pas transmises à des tiers. Elles sont conservées pendant la durée nécessaire au traitement de votre demande.

 

Conformément à la loi « informatique et libertés » modifiée, vous pouvez exercer votre droit d’accès aux données vous concernant et les faire rectifier ou supprimer, ou vous opposer au traitement de vos données pour des motifs légitimes, en nous contactant à [MAILTO ADRESSE CLIENT]. Vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l’effacement et à la communication de vos données à caractère personnel après votre décès.

 

Conformément au Règlement Européen sur la Protection des Données Personnelles, vous disposez à compter du 25 mai 2018 d’un droit à la limitation du traitement de vos données, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données si les conditions sont réunies. Vous pouvez également introduire une réclamation relative au traitement de vos données auprès de la CNIL.

Ajouter un commentaire
Qu’allons-nous faire de vos informations ? en savoir plus